La Mort Garin Le Loherain. Éditée d'après la rédaction I (Dijon 528) avec les variantes de N (Arsenal 3143), éd. Jean-Charles Herbin et Cécile Constance, Genève, Librairie Droz (« Textes littéraires français », 262), 2023, 632 p.

ISBN : 978-2-600-06382-1

Date de parution : janvier 2023

Le contenu de la plupart des manuscrits de la chanson de Garin le Loherain, même avec quelques écarts occasionnels, relève de ce que la critique du siècle passé a très justement appelé une « vulgate ». Parmi les témoins offrant une rédaction autonome d’un passage suffisamment étendu pour retenir l’attention, nous avons choisi de publier ici I (Dijon 528) et N (Arsenal 3143), qui proposent un remaniement important de la fin du poème de Garin. Une telle rédaction illustre le caractère mouvant d’un texte majeur, dont l’esprit épique bien vivant était encore susceptible de plaire à la fin du XIIIᵉ ou au début du XIVᵉ siècle. Un riche glossaire ainsi qu’un index complètent l’édition.

Pour plus de précisions, consulter le site web de l'éditeur.

Procès politiques au temps de Louis XI – Le cardinal Balue. Lèse-majesté en débat, éd. Joël Blanchard et Pierre-Anne Forcadet, avec Axel Degoy, Genève, Librairie Droz (« Travaux d'Humanisme et Renaissance »), 2022, 264 p.

ISBN : 978-2-600-06423-1

Date de parution : octobre 2022

Le cinquième volume des procès politiques au temps de Louis XI est consacré au cardinal Balue, dont la carrière fulgurante et la chute ont fait l’objet d’une forte médiatisation. Son procès a opposé pendant plus de douze années deux instances judiciaires, le roi et le pape, et dans cet affrontement Louis XI a dû céder. Par un basculement spectaculaire, le roi, familier des poursuites pénales, s’est trouvé accusé de lèse-majesté. Le présent travail, fruit de la collaboration de spécialistes issus de disciplines différentes (littérature et droit), ajoutera à la richesse de cette longue histoire de la justice extraordinaire à l’aube des temps modernes.

Pour plus de précisions, consulter le site web de l'éditeur.

Alex Delusier, La Répétition dans le Roman de Brut (L'Harmattan, 2022)

Par Louis-Patrick Bergot, le 05 janvier 2023Lire la suite

Alex Delusier, La répétition dans le Roman de Brut. Étude socio-stylistique de la répétition et de ses structures dans le Roman de Brut de Wace (1155), L'Harmattan, 2022, 268 p.

ISBN : 978-2-14-020925-3

Date de parution : 8 juillet 2022

Texte du milieu du XIIᵉ siècle (1150-1155), le Roman de Brut de Wace fait le récit mythique des rois qui régnèrent sur la Bretagne depuis Brutus, descendant d'Enée, jusqu'à Cadvalladr, alors que l'île est envahie par les Saxons. Adaptation en vers d'une mythographie antérieure, l'Histoire des rois de Bretagne de Geoffroy de Monmouth (1137), le Roman de Brut présente une poétique de la répétition qui tend à l'ajout de certains éléments, absents du texte d'origine de Geoffroy, et qui convie ainsi des textes plus anciens, latins et celtiques. Cette esthétique de la répétition porte des conséquences sur l'origine du poème épique, sa composition, et son appartenance générique. A travers une étude stylistique de la sociologie de la classe de la « grande chevalerie anglo-normande », Alex Delusier met en avant la formation du romanesque arthurien au milieu du XIIᵉ siècle, alors qu'émergent les « romans antiques ».

Pour plus de précisions, consulter le site web de l'éditeur.

Olivier Soutet, Le sens sous tension. Psychomécanique et sémantique grammaticale, Paris, Champion (« Bibliothèque de grammaire et de linguistique », 70), 2022, 326 p.

ISBN : 9782745357823

Date de parution : 25 octobre 2022

Le présent ouvrage réunit et prolonge plusieurs des publications de l’auteur des dernières années, organisées autour de la psychomécanique du langage et de la description sémantique de quelques morphèmes grammaticaux dotés d’une très forte polysémie.

Empiriquement parlant, l’ambition qui guide les travaux de sémantique grammaticale est double : d’une part, préférer autant qu’il est possible la description des valeurs discursives fondée sur une approche paraphrastique du sens à une description fondée sur une approche métalinguistique des emplois ; d’autre part, dépasser lesdites valeurs discursives en visant à l’identification d’un signifié unitaire capable d’en rendre compte.

La psychomécanique a paru être le support théorique qui permettait de tendre vers cet objectif. Par sa puissance d’abstraction (qui permet l’intégration de la diversité des faits observés à un mécanisme fédérateur), par son souci, sinon constant du moins fréquent, de ne pas délier sémantique et morphologie, par sa prétention à articuler synchronie et diachronie, si l’on veut bien considérer que l’histoire d’une langue n’est pas seulement développement de celle-ci mais qu’elle en est dévoilement, lieu privilégié de son auto-compréhension.

L’ouvrage ne se borne pas à rappeler les concepts essentiels de la théorie : structure contrastive et inversive de la pensée, ordination bi-tensive qui en résulte ; schématisation par le tenseur binaire ; temps opératif. Il les expose, les discute et éventuellement les reformule.

Pour plus de précisions, consulter le site web de l'éditeur.

Philippe Maupeu, L'intention et l'empreinte (Champion, 2022)

Par Louis-Patrick Bergot, le 01 novembre 2022Lire la suite

Philippe Maupeu, L'intention et l'empreinte. Rhétorique du manuscrit d'auteur à la fin du Moyen Âge, Paris, Champion (« Bibliothèque du XVᵉ siècle », 89), 2022, 480 p.

ISBN : 9782745358127

Date de parution : 25 octobre 2022

À la fin du Moyen Âge, l’écrivain soucieux d’asseoir sa reconnaissance d’auctor se fait l’éditeur de ses propres œuvres. Le contrôle qu’il exerce sur la fabrication du manuscrit d’édition excède dans certains cas la seule emendatio du texte copié : il en élabore et supervise le programme iconographique, la mise en page, l’ornementation, l’organisation des pièces en recueil. Pour autant, il existe entre l’intention d’auteur et son effectuation dans la forme-livre toute une chaîne de médiations techniques et symboliques qui en compliquent l’exercice. Sur la scène curiale de la communication littéraire, représentée sur les miniatures d’offrande du livre au prince, l’auteur s’avance dans un espace discursif où la construction rhétorique de l’ethos est fortement régulée par l’impératif rhétorique de la convenientia. Le manuscrit d’auteur apparait dès lors comme une formation de compromis entre des intérêts parfois divergents ou contradictoires. À travers l’étude de manuscrits auctoriaux dus à six écrivains, de la fin du XIVe siècle au début du XVIe siècle (Honoré Bovet, Christine de Pizan, Pierre Salmon, Antoine de la Sale, Octovien de Saint-Gelais, Jean Lemaire de Belges), cet essai s’efforce ainsi de saisir, dans la forme du manuscrit, l’empreinte de leur intention.

Pour plus de précisions, consulter le site web de l'éditeur.

page 1 sur 56suivante»