Romania, t. 136, fasc. 543-544

Par Louis-Patrick Bergot, le 19 février 2019Lire la suite

Les fascicules 543-544 (tome 136) de Romania viennent de paraître.

Pour consulter le sommaire, cliquez sur ce lien.

Philippe de Mézières, Oratio tragedica

Par Louis-Patrick Bergot, le 18 février 2019Lire la suite

Joël Blanchard et Antoine Calvet (éd. et trad.)

Philippe de Mézières, Oratio tragedica

Genève, Droz (Cahiers d’Humanisme et Renaissance), 2019

ISBN : 978-2-600-05947-3

 

L’Oratio tragedica est un texte de dévotion, inédit, composé par Philippe de Mézières (1327-1405), à l’époque où il rédige le Songe du Viel Pelerin (1389- 1390). Cette véritable « dramaturgie de l’âme », écrite en latin, éclaire tous les visages du Chevalier, désormais retiré dans sa cellule du couvent des Célestins de Paris, mais qui ne saurait oublier qu’il fut le conseiller ou l’interlocuteur de six rois, de plusieurs papes et tant de princes… Un tel oubli nous serait interdit à nous aussi, qui prétendons approcher, dans sa complexité, ce quatorzième siècle traversé et comme illuminé par Mézières. Si l’Oratio s’inscrit dans la tradition médiévale des textes spirituels, elle révèle, jamais interrompue, la passion lancinante de délivrer les Lieux Saints et d’atteindre par là la double ambition de faire oeuvre sainte d’écrivain et d’accomplir pleinement le service, le devoir du chrétien.

Première édition critique du texte latin, ainsi que première traduction française de l’Oratio tragedica, longtemps attendue.

Pour plus d'informations, cliquez sur ce lien.

Publication des actes du colloque de Bayeux sur Wace (2013)

Par Louis-Patrick Bergot, le 18 février 2019Lire la suite

Denis Hüe et Michel Vital Le Bossé (dir.)

Wace et l'Église, les princes et la foi

Orléans, Paradigme, 2019

ISBN : 9782868783073

Publié avec le concours de l'EA 3206 de l'Université Rennes 2, ce volume comprend les actes du Colloque de Bayeux (octobre 2013).

Clerc lisant de la cathédrale de Bayeux, Wace est naturellement au service de son duc et roi Henri II Plantagenêt ; né à Jersey, dans une de ces îles que l’on nomme si justement anglo-normandes, chargé par son seigneur d’écrire l’histoire et la légende du nouveau royaume et de tisser les liens qui doivent faire d’Angleterre et Normandie une même terre. Wace est l’homme des réunions, des synthèses, d’une certaine vision de l’histoire aussi, où la Providence divine a sa part. Au service des princes, il ne peut ignorer Dieu et l’Église, et c’est pour eux également qu’il écrit son histoire. Réunis à Bayeux, les meilleurs spécialistes de Wace, de l’histoire anglo-normande et de la littérature du XIIe siècle ont partagé leur savoir, rassemblé dans ce volume.

Pour plus d'informations, cliquez sur ce lien.

Publication des actes d'une journée consacrée à Marie de France

Par Louis-Patrick Bergot, le 15 février 2019Lire la suite

Les possibles du récit dans les Lais de Marie de France

Actes de la journée organisée le 8 janvier 2019

à l'Université Toulouse II-Jean Jaurès, avec le soutien de l'EA 4601 (PLH/ELH)

 

La Section française de la SILC (Société Internationale de Littérature Courtoise) vient de publier les actes de la journée consacrée aux Lais de Marie de France à l'Université Toulouse II, le 8 janvier 2019, sous la direction d'Éléonore Andrieu.

Pour consulter les articles, cliquez sur ce lien.

Marco Polo, Le Devisement du monde

Par Patrick Moran, le 29 janvier 2019Lire la suite

 

Marco Polo, Le devisement du monde

édité et traduit par Joël BLANCHARD, Michel QUEREUIL, Avec Thomas TANASE

Genève, Droz,  2018, LXVI, 806 p. (collection Texte courant, n° 8)

Si le nom de Marco Polo est universellement connu, on sait moins que Le devisement du monde – tel est le titre original de l’œuvre présentant ses voyages –, autrement dit « la description du monde » est le fruit d’une collaboration entre le célèbre voyageur vénitien et un écrivain de métier, Rustichello da Pisa, qui avait choisi le français comme langue d’écriture, à l’instar de nombre d’écrivains italiens de son temps. L’œuvre a connu rapidement le succès, elle a été adaptée ou traduite en plusieurs langues, de sorte qu’elle nous a été transmise dans diverses « versions » ou « rédactions », française, toscanes, vénitiennes, latines, catalane, franco-italienne. C’est cette dernière, souvent considérée comme la rédaction de référence et la plus proche de l’original, que propose le présent ouvrage, pour la première fois sous la forme d’une édition bilingue, édition critique du seul manuscrit sous lequel elle nous est parvenue (BN fr. 1116), traduction en français contemporain. On découvre une langue déroutante et chatoyante, un français coloré de nombreux italianismes. Cet ouvrage bénéficie d’une traduction fidèle et élégante, d’une introduction et de notes substantielles. 

Pour consulter la fiche de l'ouvrage sur le site de l'éditeur, cliquez sur ce lien.

page 1 sur 34suivante»