Écrire le voyage au temps des ducs de Bourgogne (Brepols, 2021)

Par Louis-Patrick Bergot, le 23 novembre 2021Lire la suite

Écrire le voyage au temps des ducs de Bourgogne. Actes du colloque international organisé les 19 et 20 octobre 2017 à l'ULCO, dir. Jean Devaux, Matthieu Marchal et Alexandra Velissariou, Turnhout, Brepols (« Burgundica », 33), 2021, 298 p.

ISBN : 978-2-503-57993-1

Situé aux confins de l'histoire littéraire et de l'histoire culturelle, cet ouvrage vise à mettre en lumière le rôle prépondérant joué par les États bourguignons dans l'essor de l'écriture du voyage.

Issu des rencontres internationales qui se sont tenues à l’Université Littoral – Côte d’Opale (Dunkerque) les 19 et 20 octobre 2017, le présent ouvrage vise à mieux appréhender le rôle prépondérant joué par les États bourguignons dans l’essor de l’écriture du voyage. Il s’attache en particulier au genre du récit de voyage qui, dans les villes des Pays-Bas comme à la cour des ducs, gagna bien vite la faveur des élites bourguignonnes : pèlerins, diplomates, soldats ou marchands, les voyageurs écrivains apportent pour beaucoup une contribution originale à ce mode spécifique de narration. Ce recueil d’études a par ailleurs pour objectif de mettre en lumière les liens subtils que ce genre littéraire entretient tout à la fois avec la littérature romanesque et la production historiographique qui s’épanouissent alors en terre bourguignonne et réservent une place non négligeable à l’écriture du voyage, imaginaire ou réel.

 

Pour plus de précisions, consulter la page web de l'éditeur.

Pour consulter la table des matières et obtenir le bon de commande, cliquer sur ce lien.

Jérôme Devard, Pouvoir(s) et parenté dans la Matière de France, Paris, Classiques Garnier (POLEN, Pouvoirs, lettres, normes, 12), 2021, 935 p.

ISBN : 978-2-4060-07748-0

Les récits de la Matière de France sont des « machines normatives » qui englobent non seulement la « juridicité » de la matière judiciaire antérieure et contemporaine aux XIIe-XIIIe siècles, ainsi que ses représentations ou reconstructions, mais également un système de références morales et comportementales.

Pour consulter la table des matières, cliquer sur ce lien.

Pour plus de précisions, consulter le site web de l'éditeur.

« Domestiquer la nature » (Questes, 43, 2021)

Par Louis-Patrick Bergot, le 20 novembre 2021Lire la suite

Le volume 43 du bulletin de Questes est en ligne. Il est intitulé « Domestiquer la nature » et dirigé par Yoan Boudes, Maxime Fulconis et Simon Hasdenteufel.

Pour consulter le volume en ligne, cliquer sur ce lien.

Bien dire et bien aprandre, 36, 2021 : Visages de femmes dans la littérature bourguignonne (XIVᵉ-XVIᵉ siècles), éd. Jean Devaux, Matthieu Marchal et Alexandra Velissariou

ISBN : 978-2-907301-23-7

Issu des rencontres internationales qui se sont tenues à l'Université Littoral – Côte d’Opale (Boulogne-sur-Mer) et à l’université de Lille du 16 au 18 octobre 2019, le présent ouvrage propose une réflexion sur l’image de la femme médiévale dans la production littéraire bourguignonne de la fin du Moyen Âge et de la première Renaissance.
Il se décline en deux parties complémentaires. La première partie s’intéresse au regard porté par les écrivains du temps sur les figures féminines les plus marquantes de l’espace bourguignon (que l’on songe au rôle qu’elles purent jouer dans l’exercice du pouvoir ou à leur implication dans la vie religieuse et culturelle). S’ensuit une réflexion sur la spécificité des portraits, des sentiments et des émotions des héroïnes émanant du creuset littéraire bourguignon (et qui contribuent en particulier à forger un idéal de vertu féminine).

Pour consulter la table des matières, cliquer sur ce lien.

Faire long. L'amplification médiévale, dir. Catherine Croizy-Naquet et Michelle Szkilnik, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2021, 260 p.

ISBN : 978-2-37906-066-3

L’amplification médiévale, qui irrigue en profondeur la poétique des textes, est généralement entendue en son sens de « faire long », d’« allonger ». Mais l’amplification s’envisage également, en contrepoint et en complémentarité – d’après sa définition latine de « rehausser, élever le propos » – dans sa faculté de resserrement qui, privilégiant la brevitas au lieu de la copia, provoque le surgissement du sens dans sa force brute. Les différentes figures qui la constituent fournissent au récit des protocoles descriptifs, des canevas narratifs, des partitions lyriques, qui sont un mode d’exploration du monde et des savoirs et une entrée progressive dans l’intime des sociétés. Les articles réunis dans ce volume examinent, à l’épreuve de textes de genres et de registres, de périodes et de milieux différents, la gamme inventive des pratiques. Celles-ci témoignent de l’extraordinaire effervescence créative et intertextuelle de la littérature médiévale, dont l’amplification est assurément l’essence et « l’âme ».

Pour plus de précisions, consulter le site web de l'éditeur.

page 1 sur 49suivante»