Publication des actes d'une journée consacrée à Marie de France

Par Louis-Patrick Bergot, le 15 février 2019Lire la suite

Les possibles du récit dans les Lais de Marie de France

Actes de la journée organisée le 8 janvier 2019

à l'Université Toulouse II-Jean Jaurès, avec le soutien de l'EA 4601 (PLH/ELH)

 

La Section française de la SILC (Société Internationale de Littérature Courtoise) vient de publier les actes de la journée consacrée aux Lais de Marie de France à l'Université Toulouse II, le 8 janvier 2019, sous la direction d'Éléonore Andrieu.

Pour consulter les articles, cliquez sur ce lien.

Marco Polo, Le Devisement du monde

Par Patrick Moran, le 29 janvier 2019Lire la suite

 

Marco Polo, Le devisement du monde

édité et traduit par Joël BLANCHARD, Michel QUEREUIL, Avec Thomas TANASE

Genève, Droz,  2018, LXVI, 806 p. (collection Texte courant, n° 8)

Si le nom de Marco Polo est universellement connu, on sait moins que Le devisement du monde – tel est le titre original de l’œuvre présentant ses voyages –, autrement dit « la description du monde » est le fruit d’une collaboration entre le célèbre voyageur vénitien et un écrivain de métier, Rustichello da Pisa, qui avait choisi le français comme langue d’écriture, à l’instar de nombre d’écrivains italiens de son temps. L’œuvre a connu rapidement le succès, elle a été adaptée ou traduite en plusieurs langues, de sorte qu’elle nous a été transmise dans diverses « versions » ou « rédactions », française, toscanes, vénitiennes, latines, catalane, franco-italienne. C’est cette dernière, souvent considérée comme la rédaction de référence et la plus proche de l’original, que propose le présent ouvrage, pour la première fois sous la forme d’une édition bilingue, édition critique du seul manuscrit sous lequel elle nous est parvenue (BN fr. 1116), traduction en français contemporain. On découvre une langue déroutante et chatoyante, un français coloré de nombreux italianismes. Cet ouvrage bénéficie d’une traduction fidèle et élégante, d’une introduction et de notes substantielles. 

Pour consulter la fiche de l'ouvrage sur le site de l'éditeur, cliquez sur ce lien.

Jean Devaux et Matthieu Marchal (dir.)

L'Art du récit à la cour de Bourgogne. L'activité de Jean de Wavrin et de son atelier

Actes du colloque international organisé les 24 et 25 octobre 2013 à l'Université du Littoral - Côte d'Opale (Dunkerque)

Paris, Honoré Champion, 2018

Jean, bâtard de Wavrin (ca 1400-1475), fut tout à la fois homme d’armes et diplomate au service du duc de Bourgogne Philippe le Bon, mais aussi chroniqueur et amateur de livres : de même qu’il entreprit, dès 1446, la rédaction de son recueil des Croniques et anchiennes istories de la Grant Bretaigne a present nomme Engleterre, oeuvre historique inédite vouée à ce royaume dont les ducs de Bourgogne se firent, pour un temps, les alliés, il s’appliqua à réunir, au fil des années, une collection de romans de chevalerie en prose illustrés dans l’officine du « Maître de Wavrin », artiste lillois anonyme qui doit son nom à son commanditaire principal. Conçu dans une perspective interdisciplinaire, aux confins de la philologie, de l’histoire et de l’histoire de l’art, le présent ouvrage regroupe les actes des rencontres qui se sont tenues à l’Université du Littoral – Côte d’Opale (Dunkerque) les 24 et 25 octobre 2013. Ainsi vise-t-il à éclairer d’un jour nouveau le véritable foyer littéraire et artistique dont Jean de Wavrin fut le maître d’oeuvre et la remarquable impulsion donnée par la cour de Bourgogne à l’évolution de l’art du récit.

Pour consulter la table des matières du volume, cliquez sur ce lien.

Pour accéder au bon de commande du volume, cliquez sur ce lien.

Andrea Ghidoni, L'eroe imberbe

Par Patrick Moran, le 06 novembre 2018Lire la suite

Andrea Ghidoni

L’eroe imberbe. Leenfances nelle chansons de geste: poetica e semiologia di un genere epico medievale

Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2018 («Scrittura e scrittori. Nuova serie»), 444 p.

ISBN: 978-88-6274-856-8

Comment naît et grandit un héros? Quels sont les débuts de sa carrière? Poussés par l’appétit narratif du public féodal-courtois, les trouvères des chansons de geste essayèrent de répondre à ces questions en composant des poèmes sur les premiers exploits des héros les plus populaires du Moyen Âge français. Mais la naissance et la jeunesse du héros devinrent rapidement des thèmes presque obligatoires dans toutes les chansons qui racontaient la biographie des anciens chevaliers de Charlemagne : une enfance troublée, souvent plus proche au conte de fées qu’au poème épique, devient signe et synonyme d’héroïsme.

Ces récits sur l’initiation du héros sont connus par le public médiéval et les philologues modernes sous le nom d’enfances. Le héros garçon ou novice apparaît sous différentes formes dans l’épopée médiévale française : en tant que thème générique, motif épisodique, protagoniste de textes qui lui sont entièrement dédiés. Les objectifs du héros imberbe sont principalement trois – l’investiture chevaleresque, la conquête d’un fief et celle d’une femme – et autour de lui apparaît une constellation d’autres personnages récurrents : les parents, la belle-mère, le roi au service duquel le jeune combat, les princesses follement amoureuses qui l’aident dans ses exploits ; et encore, bêtes féroces, brigands, guerriers infidèles, usurpateurs qui le menacent ou le forcent à l’exil.

Cet étude définit la poétique du genre des enfances et les traits saillants de ces textes, en illustrant l’évolution de la technique narrative médiévale à travers une tradition littéraire qui s’est développée en France du XIeau XIVesiècle.

Thomas Basin, Histoire de Charles VII et Louis XI

Par Patrick Moran, le 25 octobre 2018Lire la suite

Thomas Basin

Histoire de Charles VII et Louis XI

Introduction, traduction et notes par Joël Blanchard, Franck Collard et Yves de Kisch

Pocket, collection : Agora, 2018, 912 p.

Surgi de notre oubli immérité, Thomas Basin (1412-1491), évêque, politique et historien de son siècle, nous est rendu par cette traduction nouvelle de son Histoire des règnes de Charles VII et Louis XI. Depuis trop longtemps, l’écrivain ne nous était plus accessible. Il revient, acteur de son temps, partisan assurément (il a par exemple l’art et la manière de se faire détester de Louis XI) ; il n’en est que plus précieux. La haute idée qu’il a de ses mérites le fait appeler à sa rescousse toute sa culture, de Salluste et Suétone aux Évangélistes, voire au Tout-Puissant... Historien, il fait de son écriture une arme, non sans maladresse parfois. Mais le témoignage reste d’autant plus passionnant qu’il est animé par un fort ressentiment, bien peu religieux, avouons-le. Outre l’importance de ces textes, dûs à un contemporain de ce qui est décrit, nous découvrons un temps vécu, un ressenti dans sa brutalité, dans ses rancœurs, mais aussi dans la construction de l’État. Nous ne devions pas nous priver plus longtemps de l’œuvre majeure de Thomas Basin, relue à la lumière des acquis les plus récents de l’Histoire.

Pour voir la présentation de cet ouvrage sur le site de l'éditeur, cliquez sur ce lien.

précédentepage 2 sur 35suivante»