Luciana Borghi Cedrini, Ai confini della lingua d'oc

Par Patrick Moran, le 27 mars 2017Lire la suite

Joël Blanchard et Renate Blumenfeld-Kosinski

Philippe de Mézières et l'Europe. Nouvelle histoire, nouveaux espaces, nouveaux langages

Genève, Droz, coll. "Cahiers d'humanisme et Renaissance", 2017

Chevalier dévoreur d’espace, zélateur infatigable de la croisade, homme sans frontières, conseiller des princes, Philippe de Mézières est l’illustration exemplaire d’une certaine idée de l’Europe. Le mot n’existe pas au Moyen Age dans son acception moderne : la diversité des langues et des intérêts laisse peu de place à une interprétation unique. Face aux assauts des Infidèles, aux guerres et aux épidémies, la chrétienté s’interroge, cherche à se réformer, cartographie ses angoisses et tente de se ressourcer et d’atteindre à une rédemption salvatrice. Pour Mézières, l'Europe est un kaléidoscope dans lequel il voit et dénonce trahisons et querelles ; mais au-delà de ce constat amer, il veut croire en un souffle nouveau qui rassemble et mette en marche ce grand corps désuni.

Pour consulter la fiche de cet ouvrage sur le site de l'éditeur, cliquez sur ce lien.

"A tous ditteurs" - Le livre du duc des vrais amants de Christine de Pizan

Actes de la journée d'étude organisée le 26 novembre 2016 à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

Sous la direction de Dominique Demartini, Didier Lechat, Gabriella Parussa et Anne Paupert

Mise en ligne : Vanessa Obry

Avec le soutien de la section française de la Société Internationale de Littérature Courtoise

Le volume est téléchargeable gratuitement au complet, ou article par article, sur le site de la section française de la SILC, à l'adresse suivante : http://www.univ-paris3.fr/publications-de-la-silc-section-francaise--393070.kjsp?RH=1329834238527

Souvent considérée, avec la Chanson de Roland dont elle subit l’influence, comme l’une des plus anciennes œuvres littéraires en langue française, la Vie de saint Alexis prend sa source dans une légende constituée à Edesse au cours du Ve siècle. Né à Rome (Constantinople dans la réalité historique) d’une famille de très haut rang, Alexis refuse de consommer le mariage que son père lui veut imposer et s’enfuit à Edesse, où il passe dix-sept ans incognito, en prière, mortification et privations. Puisqu’à la suite d’un miracle on veut l’élever à la dignité d’évêque, il refuse cette charge et embarque à nouveau. Porté par les vents, il retourne à Rome, où il vit encore dix-sept ans, déguisé en mendiant, logeant sous l’escalier du palais de son père, sans que personne, pas même ses parents ni son épouse, le reconnaisse. Avant d’expirer, il écrit l’histoire de sa vie sur un parchemin, afin qu’on puisse l’identifier. Ce poème anonyme en ancien français, ici accompagné d’une traduction en français moderne, est l’un des plus beaux textes hagiographiques que le Moyen Age nous ait transmis.

Pour consulter le prospectus de cet ouvrage, cliquez sur ce lien.

Au tournant des XIIe-XIIIe siècles, le Jeu d’Adam inaugure l’histoire du théâtre français par la mise en scène des origines de l’histoire humaine: création, tentation et chute d’Adam et d’Eve, meurtre d’Abel. Mais, comme ces siècles ne regardent le péché qu’à travers le pardon, la succession des Prophètes du Christ fait entendre le message de l’espérance. Une édition critique – au sens philologique du terme – de l’unique copie de ce chef d’œuvre à la fois difficile et essentiel, malmené par les aléas d’une tradition complexe, s’imposait. S’appuyant sur une enquête codicologique, paléographique, linguistique, liturgique affranchie des idées en vogue et porteuse de nouveaux questionnements, toujours attentive à maintenir la distinction entre original et copie, elle replace aussi l’œuvre dans son environnement social et liturgique: le Jeu d’Adam s’inscrit dans la tradition du théâtre latin, qu’il subvertit en adoptant le français pour des dialogues d’une force et d’une finesse dramatiques sans précédent. La traduction en français moderne s’efforce de les rendre au plus près.

Pour consulter le prospectus de l'ouvrage, cliquez sur ce lien.

précédentepage 2 sur 29suivante»