Publication des actes du colloque de Bayeux sur Wace (2013)

Par Louis-Patrick Bergot, le 18 février 2019Lire la suite

Denis Hüe et Michel Vital Le Bossé (dir.)

Wace et l'Église, les princes et la foi

Orléans, Paradigme, 2019

ISBN : 9782868783073

Publié avec le concours de l'EA 3206 de l'Université Rennes 2, ce volume comprend les actes du Colloque de Bayeux (octobre 2013).

Clerc lisant de la cathédrale de Bayeux, Wace est naturellement au service de son duc et roi Henri II Plantagenêt ; né à Jersey, dans une de ces îles que l’on nomme si justement anglo-normandes, chargé par son seigneur d’écrire l’histoire et la légende du nouveau royaume et de tisser les liens qui doivent faire d’Angleterre et Normandie une même terre. Wace est l’homme des réunions, des synthèses, d’une certaine vision de l’histoire aussi, où la Providence divine a sa part. Au service des princes, il ne peut ignorer Dieu et l’Église, et c’est pour eux également qu’il écrit son histoire. Réunis à Bayeux, les meilleurs spécialistes de Wace, de l’histoire anglo-normande et de la littérature du XIIe siècle ont partagé leur savoir, rassemblé dans ce volume.

Pour plus d'informations, cliquez sur ce lien.

Publication des actes d'une journée consacrée à Marie de France

Par Louis-Patrick Bergot, le 15 février 2019Lire la suite

Les possibles du récit dans les Lais de Marie de France

Actes de la journée organisée le 8 janvier 2019

à l'Université Toulouse II-Jean Jaurès, avec le soutien de l'EA 4601 (PLH/ELH)

 

La Section française de la SILC (Société Internationale de Littérature Courtoise) vient de publier les actes de la journée consacrée aux Lais de Marie de France à l'Université Toulouse II, le 8 janvier 2019, sous la direction d'Éléonore Andrieu.

Pour consulter les articles, cliquez sur ce lien.

La Section de linguistique, littérature et philologie du Département d'humanités de l'Université de Macerata lance une nouvelle revue intitulée Polythesis. Filologia, Interpretazione e Teoria della letteratura, en libre accès. Un appel à contributions est ouvert, pour des articles concernant la théorie de la littérature, en particulier médiévale.

Pour obtenir plus d'informations et consulter l'appel à contributions, cliquez sur ce lien.

Printemps des Poètes

Découvrir, choisir et mettre en musique les poèmes du Moyen Âge, du XIXe au XXe siècle

Dans la lignée des études sur les recueils lyriques médiévaux manuscrits et imprimés, le séminaire sera l’occasion cette année de s’interroger sur la redécouverte de la poésie de la fin du Moyen Âge par les éditeurs du XIXesiècle et les musicologues du XXe siècle. De la première édition des Poésies morales et historiques d’Eustache Deschampspar Crapelet en 1832, à l’anthologie Chansons du XVe siècle publiée par Gaston Paris en 1875, se constitue un corpus de textes jugés dignes de l’attention des chercheurs pendant que la philologie romane devient une discipline scientifique. Selon Nathalie Clot, auteur d’une thèse sur Éditer la littérature médiévale en France dans la première moitié du XIXesiècle : éditeurs et éditions en « empirie »,« Si les éditions de textes n’ont eu aucune influence ou presque sur les écrivains romantiques qui ne les lisaient pas et en savaient au mieux ce qu’en disaient les comptes-rendus de Jubinal dans La Quotidienne, la sensibilité de l’époque a sans doute été pour beaucoup dans le tropisme qui a poussé une cinquantaine d’hommes vers les bibliothèques à la recherche des anciens manuscrits ».Nous nous proposons d’étudier cette diffusion des « vrais » textes médiévaux, qui ne sont ni des faux, ni des pastiches, ni des créations nouvelles inspirées d’un Moyen Âge plus ou moins fantaisiste. Quel a été le travail des premiers éditeurs scientifiques de poésie médiévale ? Comment les musiciens du XXe siècle ont-ils eux-mêmes reconstitué la mise en musique de cette poésie ?

Le séminaire a lieu le vendredi de 10h à 12h à la Maison de la recherche rue Serpente.

Vendredi 22 février (salle 116), Mireille Demaules : « La ballade à la fin du XIXe siècle, quelques exemples dans le sillage de Théodore de Banville »

Vendredi 15 mars (salle 421), Florence Gétreau : « Geneviève Thibault de Chambure (1902-1975) : ses travaux sur ‘Poésie et musique de 1450 à 1550’, ses collections musicales, ses concerts de musique ancienne »

Vendredi 5 avril (salle 116), Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Thierry Lassabatère et Clotilde Dauphant : « Crapelet, éditeur de Deschamps »

Vendredi 19 avril (salle 116), Isabelle Ragnard : « Les sources éditoriales du XIXe siècle des ‘véritables’ chansons médiévales enregistrées dans la première moitié du XXe siècle »

Vendredi 17 mai (salle 116), Françoise Vielliard : « Entre antiquaires de province et soutien institutionnel : les débuts du commerce d’édition de la littérature française du Moyen Âge (premier XIXe siècle) »

Pour consulter le programme du séminaire au format PDF, cliquez sur ce lien.

Marco Polo, Le Devisement du monde

Par Patrick Moran, le 29 janvier 2019Lire la suite

 

Marco Polo, Le devisement du monde

édité et traduit par Joël BLANCHARD, Michel QUEREUIL, Avec Thomas TANASE

Genève, Droz,  2018, LXVI, 806 p. (collection Texte courant, n° 8)

Si le nom de Marco Polo est universellement connu, on sait moins que Le devisement du monde – tel est le titre original de l’œuvre présentant ses voyages –, autrement dit « la description du monde » est le fruit d’une collaboration entre le célèbre voyageur vénitien et un écrivain de métier, Rustichello da Pisa, qui avait choisi le français comme langue d’écriture, à l’instar de nombre d’écrivains italiens de son temps. L’œuvre a connu rapidement le succès, elle a été adaptée ou traduite en plusieurs langues, de sorte qu’elle nous a été transmise dans diverses « versions » ou « rédactions », française, toscanes, vénitiennes, latines, catalane, franco-italienne. C’est cette dernière, souvent considérée comme la rédaction de référence et la plus proche de l’original, que propose le présent ouvrage, pour la première fois sous la forme d’une édition bilingue, édition critique du seul manuscrit sous lequel elle nous est parvenue (BN fr. 1116), traduction en français contemporain. On découvre une langue déroutante et chatoyante, un français coloré de nombreux italianismes. Cet ouvrage bénéficie d’une traduction fidèle et élégante, d’une introduction et de notes substantielles. 

Pour consulter la fiche de l'ouvrage sur le site de l'éditeur, cliquez sur ce lien.

Le colloque de 2020 de la branche française de la société internationale Rencesvals pour l'étude des épopées romanes se penchera sur le personnage de la chanson de geste et tâchera d’y réfléchir comme à un objet critique à part entière : y a-t-il des personnages propres à la chanson de geste, sont-ils dessinés et fonctionnent-ils d’une manière suffisamment spécifique pour être distingués de la sorte, et dans quels termes peut-on décrire et commenter cette spécificité ?

Le colloque sera l’occasion de reprendre une partie des questions touchant au personnage épique, dans une perspective volontiers générale et théorique. Le traitement d’exemples particulièrement stimulants sera le bienvenu ; on n’aura garde cependant de procéder, au fil des communications, à une succession de portraits. Les présentations seront de préférence d’ordre comparatif ou synthétique, et destinées à éprouver ou renouveler le discours critique tenu habituellement sur la typologie du personnage de chanson de geste. 

Les propositions de communication consisteront en un titre et un résumé d’environ 400 mots à faire parvenir pour le 30 juin 2019 à l’adresse suivante : 

damien.de-carne[à]univ-lorraine.fr

Pour consulter l'appel à communications détaillé, incluant des suggestions de pistes de recherche, cliquez sur ce lien.

Le colloque se tiendra à l'Université de Lorraine (Nancy) les 12-14 mars 2020. Les organisateurs rappellent qu'il n'est pas nécessaire d'être membre de la société Rencesvals pour présenter une communication.

Pour consulter le programme de ce colloque, cliquez sur ce lien.

précédentepage 2 sur 116suivante»