Les Miracles de Notre-Dame du Moyen Âge à nos jours, dir. Jean-Louis Benoit et Jerry Root, Lyon, Jacques André éditeur, 2020, 350 p.

ISBN : 978-2-7570-0430-2

Actes du colloque international à l'Institut Catholique de Rennes (21-23 mars 2019)

Au Moyen Âge apparaissent d’abord en latin puis en langue vernaculaire des récits des miracles opérés par Notre-Dame, un peu partout dans le monde et à toutes les époques. Ils deviennent un véritable genre littéraire sous la plume de leur plus illustre auteur, Gautier de Coinci, qui veut rivaliser avec la littérature profane jugée immorale. Adaptés au théâtre ils donneront aussi des chefs-d’œuvre, par exemple le Miracle de Théophile de Rutebeuf. Après une éclipse, les récits des miracles de la Vierge reprennent une actualité avec les apparitions mariales au XIXe siècle. Des romanciers, ainsi que des scientifiques, s’y intéressent et s’engagent pour les défendre ou les critiquer (Huysmans, Bloy, Zola). Face à ce corpus immense et international, plusieurs axes s’offrent à la recherche : approfondir l’intérêt littéraire des grandes œuvres, constituer une base de données pour établir une typologie des miracles et de leurs motifs, examiner leur origine et leur transmission, étudier leur place historique dans les cultures nationales, mettre l’accent sur l’importance des images et de l’iconographie, éditer de nouveaux textes en puisant dans les nombreux et magnifiques manuscrits.

Pour plus de précisions, cliquez sur ce lien.

Louis-Patrick Bergot, Réception de l'imaginaire apocalyptique dans la littérature française des XIIe et XIIIe siècles, Genève, Droz (Publications Romanes et Françaises, 270), 2020, 696 p.

Date de parution : 30 juin 2020

ISBN : 978-2-600-06032-5

Bien loin de la conception cataclysmique que nous en avons, l’apocalypse est en réalité un genre littéraire qui s’enracine dans l’Antiquité judéo-chrétienne. Deux de ces apocalypses, l’Apocalypse de Jean et l’Apocalypse de Paul, ont laissé une empreinte durable dans les mentalités médiévales, car elles répondaient à deux préoccupations majeures du Moyen Âge : le Jugement collectif et le Jugement individuel. Elles ont donné naissance à un imaginaire qui a imprégné une part considérable de la littérature médiévale, jusqu’à devenir un univers mental autonome, riche de motifs, de lieux, de créatures et quelquefois d’inquiétudes. De texte en texte, cet imaginaire s’est propagé au gré de strates intertextuelles que la philologie est en mesure de démêler. Cependant, ce réseau d’interférences ne doit pas nous faire oublier que l’imaginaire apocalyptique a aussi sollicité, au fil de sa transmission, des mécanismes cognitifs tels que la compréhension, la représentation ou l’imagination.

Pour avoir plus de précisions et obtenir le bon de commande, cliquez sur ce lien.

Jean Thenaud voyageur, poète et cabaliste, éd. Isabelle Fabre et Gilles Polizzi, Genève, Droz (CHR, 162), 2020, 392 p.

Date de parution : 4 juin 2020

ISBN : 978-2-600-06004-2

Écrivain, voyageur et courtisan, familier de Louise de Savoie et de François Ier qui lui commandent ses ouvrages, le franciscain Jean Thenaud (c. 1480-1542) est une figure décisive par les innovations qu’il apporte à la culture de la Renaissance française. Connu par son seul livre imprimé, le Voyage d’Oultremer, qui relate son séjour en Égypte et en Terre sainte, il est aussi l’auteur d’une importante synthèse poético-mythographique inspirée de Boccace. On lui doit également les premières adaptations françaises de Lucien et d’Érasme. Son chef d’œuvre, les quatre volumes des Triumphes des Vertuz, est le dernier grand songe allégorique qui prolonge la tradition médiévale et préfigure les Tiers et Quart Livres de Rabelais, avec lequel l’auteur est en relation. Enfin, son traité de « cabale chrétienne » inaugure le genre en français et ses motifs talismaniques nourrissent le programme iconographique de Chambord. Ce recueil d’études, rédigées par des spécialistes des littératures médiévales et renaissantes, est le premier à lui être entièrement consacré.

 

Amadas et Ydoine, éd. et trad. Christine Ferlampin-Acher et Denis Hüe, Paris, Champion (CCMA, 52), 2020, 608 p.

Date de parution : 8 juin 2020

ISBN : 9782380960020

Longtemps oublié, le roman d’Amadas et Ydoine a connu une belle popularité au long du Moyen Âge : l’histoire d’amour qui unit les deux héros met en oeuvre de façon distanciée tous les motifs courtois et merveilleux du genre ; ils ne peuvent vivre l’un sans l’autre, sont séparés dès que réunis, et sortent victorieux des pires épreuves, affrontant la folie et les fantômes. Le Moyen Âge sourit des histoires d’amour tragiques, et raconte avec ce roman un salutaire et ironique anti-Tristan.

Pour commander l'ouvrage, cliquez sur ce lien.

La troisième édition des journées d'études internationales de l'université de Sofia ("Saint Clément d'Ohrid") se tiendra les 20 et 21 novembre 2020 et s'intitulera "Normes et réécritures / normes et reformulations : le cas des langues et littératures romanes".

Pour plus de précisions, consultez l'AAC ou cliquez sur ce lien.

Sergio Vatteroni, La Contemplazione della Passione di Cristo secondo le ore canoniche. Versioni occitane di Assisi e Rodez, versione occitano-catalana di Pavia, Alexandrie, Edizioni dell’Orso, 2020 (« Scrittura e scrittori. Collana di studi filologici », 6).

ISBN : 978-88-3613-045-0

ISSN : 2611-6111

Les proses occitanes dont cette étude représente la première édition critique constituent trois versions d’un même texte, traduit en langue vulgaire en partant d’un exemplaire latin : un texte qui, probablement, a lui aussi circulé à travers plusieurs rédactions et dont on a une seule version imprimée, plus brève par rapport aux traductions en langue vulgaire et éditée dans la Patrologia Latina. L’œuvre en trois versions est une Contemplation de la Passion du Christ selon les heures canoniques ; les versions occitanes sont transmises par le ms. Assisi, Biblioteca di Chiesa Nuova, 9, et le ms. Rodez, Bibliothèque Municipale, 60, alors que le ms. Aldini 28 de la Biblioteca Universitaria de Pavie conserve une version en langue mixte occitane-catalane. De cette dernière, il existe l’édition diplomatique-interprétative publiée par Carlo Salvioni en 1899 ; les deux autres versions sont inédites, comme précisé ci-dessus. Le manuscrit d’Assisi, très connu et étudié, est la plus importante anthologie conservée de textes franciscains d’inspiration spirituelle et béguine rédigés en occitan ; en revanche, les deux autres manuscrits, peu ou pas étudiés, mériteraient une enquête plus approfondie que celle effectuée ici. Négligeables sous l’aspect littéraire, les trois œuvres en prose sont intéressantes du point de vue linguistique car elles attestent, pour la première moitié du XIVe siècle, des variétés particulières du sud-ouest dans le milieu occitan ; dans le cas du manuscrit pavois, elles sont le témoignage d’une langue occitane-catalane d’intérêt remarquable, qui confirme davantage l’existence de cette variété linguistique, entre le XIIIe et le XIVe siècle.

Le XXIIe Congrès international de la Société Rencesvals se tiendra à Lille dans les locaux de la MESHS (Maison Européenne des Sciences Humaines et Sociales) du lundi 19 au vendredi 23 juillet 2021.

Pour connaître les thèmes du Congrès et les modalités de participation, vous pouvez consulter la première circulaire.

 

précédentepage 2 sur 126suivante»